L'Anjou Agricole 26 janvier 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Sival : des projets innovants et connectés

Douze équipes ont participé à la 2ème édition du concours AGreen’Startup, organisé au Sival. Le végétal connecté et les solutions d’aide à la production font partie des grandes tendances cette année.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Premier prix du concours Agreen’Startup pour le projet “Safe shoes”. Un bon coup de pouce pour les 3 étudiants
ingénieurs, Alexandre Guerra (de Lille), William Boulo (de Saint-Malo) et Vincent Nicolas (d’Angers).
Premier prix du concours Agreen’Startup pour le projet “Safe shoes”. Un bon coup de pouce pour les 3 étudiants ingénieurs, Alexandre Guerra (de Lille), William Boulo (de Saint-Malo) et Vincent Nicolas (d’Angers). - © AA

À l’issue de 48 heures intenses de concours, cinq projets Agreen’Startup, ont été récompensés par le jury, « des startups qui ont besoin d’être accompagnées, de réseauter », comme le soulignait l’organisatrice du concours Aurélie Beaupel, lors de la remise des prix, le 19 janvier au Sival d’Angers. Le 1er prix va au projet “Safe shoes”, une chaussure de sécurité intelligente et connectée imaginée par 3 étudiants de l’école d’ingénieurs Esaip, de Saint-Barthélémy-d’Anjou. « Au départ, notre idée ne concernait que le domaine de l’industrie, explique VincentNicolas, un des étudiants. Nous planchons dessus depuis le mois de septembre. Le concours AGreen’Startup nous a permis de nous ouvrir aux mondes agro-alimentaire et agricole ».

Une aide pour repérer les ceps malades
À quoi serviront ces chaussures connectées ? « Dans une usine agro-alimentaire, le badge des salariés pourrait être inclu dans la chaussure, les opérateurs n’oublieraient donc jamais leur badge. Le salarié serait en permanence géolocalisé et il pourrait être averti s’il pénètre dans une zone non autoriséepar exemple.» Des applications en viticulture sont aussi envisagées : « dans le vignoble, un vigneron qui repère un cep de vigne malade, au lieu de le noter sur un carnet, pourrait par un simple coup de pied par exemple, signaler qu’il y a une intervention à faire à cet endroit », explique Vincent Nicolas.

 

 

 

Plus d'informations dans l'Anjou agricole du 27 janvier 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui