L'Anjou Agricole 27 avril 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Soja : l’aide couplée en débat

L’aide couplée pour le soja, fixée à 58 euros/ha selon la Fop (producteurs d’oléagineux et de protéagineux), représente un «très mauvais coup», a dénoncé la fédération le 26 avril.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Plus de 100 000 ha de soja ont été cultivés l’an dernier, d’après les chiffres d’Agreste. Une culture que la Fop juge indispensable, tant pour la diversification des cultures que pour sa contribution à l’agro-écologie.
Plus de 100 000 ha de soja ont été cultivés l’an dernier, d’après les chiffres d’Agreste. Une culture que la Fop juge indispensable, tant pour la diversification des cultures que pour sa contribution à l’agro-écologie. - © Actuagri

La Fop appelle à la rectifier « sous peine de voir la culture du soja disparaître », selon un communiqué. La Fop reproche aux pouvoirs publics une « défaillance »: la surface maximale déclarée auprès de Bruxelles est de « moins de 50 000 ha »« si la Fop avait été consultée, elle aurait très rapidement démontré que cette surface était totalement incohérente » - prévue entre 100 à 200 euros/ha, l’aide à 58 euros/ha «décrédibilise une fois encore la portée de la parole publique».

 

« A l’heure où se négocient les traités transatlantiques qui font peser sur nos productions de véritables épées de Damoclès, je m’inquiète de l’effet de mesures qui tendent à privilégier les importations au dépend de la production nationale », déclare le président Gérard Tubéry, cité dans le communiqué.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.