L'Anjou Agricole 07 juin 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Stéphane Le Foll lance un processus d’aides aux agriculteurs victimes des inondations

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Après avoir reçu les représentants des agriculteurs victimes des inondations en Ile-de-France, le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll a mis en place le 6 juin un processus pour venir en aide à ces victimes et qui s’appliquera sur la France entière. Une évaluation des dégâts « le plus rapidement possible » permettra « d’activer le fonds national de gestion des risques en agriculture (FNGRA) pour les pertes de récolte éligibles (arboriculture, maraîchage, prairies) et les pertes de fonds ». Un point de situation sera notamment réalisé lors du comité national de gestion des risques en agriculture (CNGRA) du 15 juin. Par ailleurs, « la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle permettra l’indemnisation des dommages causés aux bâtiments et matériels agricoles. » Le Ministre a également indiqué que les agriculteurs sinistrés pourraient bénéficier de report sur le paiement de leurs cotisations sociales et d’un dégrèvement de la taxe sur le foncier non bâti. Les Préfets réuniront les établissements financiers et mobiliseront le cas échéant le dispositif de l’année blanche. « Pour les producteurs de fruits et légumes, particulièrement touchés par les intempéries, Stéphane LE FOLL a enjoint aux Préfets concernés de mettre en œuvre sans délai le dispositif d’activité partielle. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le groupe Cooperl peut compter sur l’engagement du ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance pour assurer la pérennité des activités et de l’emploi

signifie Bercy dans un communiqué du 21 octobre.

Le chiffre de la semaine
4 à 6 €/1 000 l
"Sur les 9 premiers mois de l’année, un recul de 4 à 6 €/1 000 litres sur les moyennes régionales du prix du lait payé par les entreprises a été constaté" selon Frédéric Vincent de la FDSEA 49.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui