L'Anjou Agricole 02 février 2015 à 13h00 | Par L'Anjou Agricole

Stéphane Le Foll vise la réduction de 50% de l'utilisation de pesticides en 2025

Dans le cadre du plan Ecophyto 2, nous visons comme objectif la réduction de 50% de l'utilisation des pesticides à l'horizon 2025", a déclaré Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, en ouverture de "L'an I de l'agroécologie, à Paris, le 30 janvier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le ministre insiste : "la réduction des usages entraîne la réduction des risques d'impact".
Le ministre insiste : "la réduction des usages entraîne la réduction des risques d'impact". - © AA

Le ministre a soutenu le dispositif expérimental des Certificats d'économie des produits phytosanitaires. L'objectif est de réduire de 20% les Nodu (nombre de doses utilisées) sur cinq ans par les distributeurs. "Si l'objectif n'est pas atteint, il y aura des pénalités financières ", poursuit-il. La pénalité se chiffrerait à 11 euros par Nodu.


Par ailleurs,
"on ne peut pas dire aux agriculteurs qu'on leur supprime tels ou tels produits sans construire, avec eux, les alternatives", a insisté Stéphane Le Foll. Le ministre entend développer les solutions de biocontrôle et de l'agroéquipement dans le cadre du plan Ecophyto 2 et poursuivre le projet agroécologique pour un modèle agricole qui concilie économie et écologie. Sur l'échec du plan Ecophyto 1, "on ne s'était pas demandé si les modèles agricoles en place pourraient supporter une baisse de 50% des pesticides". Il poursuit : "les fermes Ecophyto, elles, sont bien parvenues à réduire l'utilisation des phytos".

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La castration à vif des porcelets sera interditefin 2021

a annoncé le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume, le 17 novembre. « Il faudra faire autre chose, il faudra une anesthésie », a-t-il précisé.

Le chiffre de la semaine
345
C'est le nombre de salariés qualifiés formés en 10 ans par le Geiq Agriqualif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui