L'Anjou Agricole 20 juillet 2017 à 09h00 | Par L'Anjou Agricole

Stéphane Travert insiste sur les questions sociales devant les Sénateurs

Auditionné par la commission des affaires économiques du Sénat le 19 juillet, le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert s’est exprimé sur plusieurs sujets d’actualité : les États généraux de l’alimentation (EGA), le prix du lait, la gestion des aléas, le vin espagnol, les retraites et les biocarburants.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Stéphane Travert, ministre de l'agriculture et de l'alimentation.
Stéphane Travert, ministre de l'agriculture et de l'alimentation. - © Actuagri

Mettant le volet social au sens large (partage de la valeur, revenu, emplois, installation) au centre de ses préoccupations, il a déclaré qu’à titre personnel il est « pour une révision de la LME, mais que le curseur sera fixé par les Etats généraux de l'alimentation qui démarrent aujourd'hui. » Sur le prix du lait : « comment accepter encore un revenu de 800-900 € par mois à 80 heures de travail par semaine ? ». Sur la gestion de l'eau, le gouvernement transcrira dans le plan de simplification, des mesures pour faciliter la construction de retenues collinaires. Concernant les importations de vin, le comité mixte franco-espagnol se réunira le 25 juillet. Sur les retraites, il compte « ouvrir le débat sur le volet social » (« 1 euro cotisé donne les mêmes droits pour tous »). Et sur les biocarburants, il a affirmé qu’il « défend le plafond d’incorporation à 7% dans les moteurs » pour soutenir l’investissement, l’emploi et l’autonomie, tant protéique qu’énergétique.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui