L'Anjou Agricole 29 septembre 2017 à 10h00 | Par L'Anjou Agricole

Stéphane Travert présente son premier budget, à 5,23 milliards d'euros

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Actuagri

Stéphane Travert a présenté le 28 septembre le budget 2018 de son ministère. A 5,23 Mrd€ (en crédits de paiement), le budget affiche une hausse de 1,6% comparé au précédent, selon le ministre de l'Agriculture. Première innovation : la mise en place d’une «provision pour aléas» de 300M€ (pour les aléas climatiques, sanitaires et les apurements potentiels demandés par l’Europe). Pour mobiliser au mieux les crédits européens, le ministère mobilise 455M€ «au titre des contreparties nationales».

Pour l’ICHN, 264M€ sont budgétisés (stable par rapport à 2017) ; pour les mesures agroenvironnementales et climatiques (Maec) et les aides bio, le ministère annonce un budget « préservé » de 81,4M€ « dont la moitié pour l’agriculture biologique ».

Autre priorité pour le ministère : la prévention des risques sanitaires avec une hausse des crédits de 12 %. Quant aux crédits consacrés à l’enseignement et la recherche, le ministre annonce une hausse de 2,9 %.

La prévention des risques et l’enseignement échappent à la baisse des effectifs (- 225 ETP au total) qui sera répartie sur les autres directions, indique le ministre. A noter également, une augmentation de budget de 30 M€ pour l’ASP et un recrutement de 300 vacataires pour «accélérer le traitement des dossiers Pac».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui