L'Anjou Agricole 28 juin 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Suite à la sécheresse, l’herbe manque dans les pâtures, selon les chambres d’Agriculture

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pâture souffrant de sécheresse
Pâture souffrant de sécheresse - © François d’Alteroche

Avec les chaleurs de ces derniers jours, la pousse de l’herbe s’est arrêtée et les éleveurs vont devoir, si ce n’est déjà fait, affourager les animaux aux prés. «L’impact du déficit hydrique du début d’année couplé à la canicule des dernières semaines se fait sévèrement sentir : la pousse moyenne cette semaine était de 25 kg de matière sèche par hectare et par jour (MS/ha/jour). Nous sommes bien en dessous des moyennes de saison (50 kg MS/ha/jour)», écrivait la chambre d’Agriculture de l’Eure dans son bulletin du 27 juin. Dans les zones séchantes, la production descend à 13 kg MS/ha/jour. Dans le cadre de l’élevage, notamment laitier, «il va y avoir une accélération des décrochages», relevait Emmanuel Binois, vice-président de France Milk Board Grand Ouest, le 27 juin. La collecte laitière pourrait également s’en ressentir, selon lui.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui