L'Anjou Agricole 19 mai 2016 a 11h00 | Par L'Anjou Agricole

Sur une exploitation bovine, la préfète prend la mesure de la crise

A l’invitation de la FDSEA et de JA de Main-et-Loire, la préfète Béatrice Abollivier a visité une exploitation bovine des Mauges, mercredi 18 mai. Pour y parler coûts de production et Pac.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Emmanuel Lachaize, secrétaire général de la FDSEA ; Jean-Marc Lézé, président de la FDSEA ; Béatrice Abollivier, préfète de Maine-et-Loire ; Sylvain Piet, président de Jeunes agriculteurs 49 ; Anthony Ménard, secrétaire général de JA 49 ; Pierre Bessin, directeur de la DDT.
Emmanuel Lachaize, secrétaire général de la FDSEA ; Jean-Marc Lézé, président de la FDSEA ; Béatrice Abollivier, préfète de Maine-et-Loire ; Sylvain Piet, président de Jeunes agriculteurs 49 ; Anthony Ménard, secrétaire général de JA 49 ; Pierre Bessin, directeur de la DDT. - © AA

A son installation en 2000, l’exploitation de Mickaël Soulard à Chemillé-en-Anjou (La Tourlandry) faisait vivre trois personnes, l’agriculteur et ses parents. Depuis 2008, il est seul et pourtant, ses résultats économiques et son niveau de revenu sont moins élevés. Un cas qui illustre bien la dégradation des prix agricoles. C’est cette exploitation de polyculture-élevage que la FDSEA et JA avaient choisi, mercredi de faire visiter à la préfète de Maine-et-Loire, Béatrice Abollivier. Pour sa deuxième visite sur une ferme angevine (la première fois c’était à Loire-Authion (Andard), en novembre), la représentante de l’Etat a pu prendre la mesure de la crise.

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 20 mai 2016.

 


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Compte tenu du contexte sanitaire et social actuel, les dons de lait sont plus que jamais vitaux pour fournir l’aide alimentaire

ont indiqué Les Restos du Coeur. Les agriculteurs concernés ont jusqu’au 15 février pour effectuer un don à une association habilitée.

Le chiffre de la semaine
600 millions d'euros
le relèvement du SRP (Seuil de Revente à Perte) de 10% a permis un gain de 600 millions d’euros pour la distribution qui auraient dû, en toute logique, se retrouver dans les cours de fermes.