L'Anjou Agricole 17 octobre 2014 à 08h00 | Par L

Syndical - La FDSEA et les JA portent leurs revendications avant de passer à l’action

Les conseils de la FDSEA et de JA décident d’une journée d’action “Produire français pour consommer français”, le 5 novembre à Angers.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Au conseil FDSEA du 10 octobre, à Angers, les responsables ont affiché leur détermination.
Au conseil FDSEA du 10 octobre, à Angers, les responsables ont affiché leur détermination. - © AA

 

Les conseils de la FDSEA et de Jeunes agriculteurs de Maine-et-Loire se sont réunis les 8 et 11 octobre. à cette occasion, ils ont décidé de répondre favorablement à l’appel à mobilisation lancé par les instances FNSEA-JA “Produire français pour consommer français” et à la journée d’action programmée, dans toute la France, le 5 novembre.

Car depuis de nombreux mois, la FNSEA et Jeunes agriculteurs alertent le gouvernement et les responsables politiques sur les crises que subit l’agriculture. Crise économique dont les amplitudes et les fréquences n’ont jamais été aussi importantes. Crise morale, “face à des attaques incessantes et insupportables sur notre façon de faire et sur notre façon d’être.” Crise éthique, “qui touche notre fierté d’être paysan et laisse un sentiment de déclassement.”

En clair, les agriculteurs sont à bout et le cahier de doléances s’épaissit : besoins de compétitivité, de modernisation, d’investissement, de simplification administrative, mais aussi besoin de reconnaissance...


Lire la suite dans l'Anjou agricole du 17 octobre.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui