L'Anjou Agricole 27 novembre 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Taxe sur les gros abattoirs pour aider les éleveurs

Les députés ont voté la création d'une taxe exceptionnelle, assise sur le chiffre d'affaires des entreprises de transformation de produits carnés dépassant les 250 millions d'euros.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Actuagri

« Ce seuil est suffisamment élevé pour ne pas concerner les producteurs transformateurs, les petits abattoirs et les bouchers charcutiers. A l'instar de la contribution exceptionnelle à l'impôt sur les sociétés, le taux serait établi à 5% », soulignent les auteurs de l'amendement, les socialistes Michel Vergnier, député de la Creuse, et Yves Daniel, député de Loire-Atlantique et membre de la mission d'information sur l'avenir des filières d'élevage.


Pour être intégré au projet de loi de finances rectificative pour 2015, cet amendement devra cependant être revoté lors de l'examen du texte dans l'hémicycle, à compter de lundi. « Le produit de cette taxe permettrait d'abonder un fonds de soutien conjoncturel aux éleveurs français en difficulté. Ce fonds serait destiné non seulement à court terme à soutenir le revenu des agriculteurs mais encore, à plus long terme, d'abonder le soutien aux investissements et à la modernisation des élevages », estiment-ils. Il pourrait également venir en soutien des initiatives prises dans les territoires pour favoriser les circuits courts et l'approvisionnement local de la restauration collective, selon ces élus.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.