L'Anjou Agricole 19 janvier 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Terra Botanica en toile de fond de la nouvelle émission de TF1

A partir du 28 janvier, sera diffusée sur TF1 l’émission “C’est le bouquet ! La bataille des fleuristes”, entièrement tournée à Terra Botanica.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
William, un des 11 candidats avec Elsa Fayer, la présentatrice.
William, un des 11 candidats avec Elsa Fayer, la présentatrice. - © TF1

“C’est le bouquet ! La bataille des fleuristes”, tel est le nom de la nouvelle émission de TF1 tournée au parc de ­Terra Botanica d’Angers. Diffusé à partir du samedi 28 janvier, le concept de l’émission n’est pas sans rappeler les concours de cuisines qui se sont multipliés ces dernières années à la télévision. Pourtant, si l’émission peut faire penser à d’autres, le concept est bien “original” puisque Shine, la plus grosse boîte de production de TF1 a spécialement racheté le concept, particulièrement populaire en hollande. Concrètement, 11 candidats, des fleuristes professionnels, s’affronteront au cours des 6 semaines de diffusion sur la composition de bouquets.


Pourquoi Terra Botanica ?
Présenté comme « le plus grand parc floral d’Europe » dans la bande-annonce de l’émission, le parc de ­Terra Botanica a été choisi par la production après un long parcours de sélection. « La production a entendu parler du parc grâce à Gilles ­Pavan (membre du jury), qui avait pu visiter le parc lors de la coupe de France des fleuristes, où il était là encore membre du jury, raconte ­Denis ­Griffon, directeur de Terra ­Botanica. Une équipe est alors venue en repérage durant l’été 2015. » Après avoir longuement hésité avec la ville de Nice, la production prend finalement la décision de venir tourner l’émission dans le parc angevin à la fin de l’été.

 

 

Plus d'informations dans l'Anjou agricole du 20 janvier 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le groupe Cooperl peut compter sur l’engagement du ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance pour assurer la pérennité des activités et de l’emploi

signifie Bercy dans un communiqué du 21 octobre.

Le chiffre de la semaine
4 à 6 €/1 000 l
Selon Frédéric Vincent de la FDSEA 49, "sur les 9 premiers mois de l’année, un recul de 4 à 6 €/1 000 litres sur les moyennes régionales du prix du lait payé par les entreprises a été constaté".

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui