L'Anjou Agricole 13 décembre 2016 à 18h00 | Par L'Anjou Agricole

Terrena annonce la cession de son usine de conditionnement de bulbes à la société Nova-Flore Jardin

Le conseil d’administration du groupe coopératif Terrena a validé le principe d’une cession de son usine de conditionnement de bulbes à la société Nova-Flore Jardin, spécialiste de la biodiversité pour les particuliers. L’accord prévoit une reprise de la totalité des effectifs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Située à Beaufort en Vallée (49), l’usine emploie 20 salariés et conditionne chaque année
4 millions de pochettes de bulbes par an, soit environ 50 millions de bulbes.
Située à Beaufort en Vallée (49), l’usine emploie 20 salariés et conditionne chaque année 4 millions de pochettes de bulbes par an, soit environ 50 millions de bulbes. - © AA

Cette opération s’inscrit dans la continuité du projet stratégique de Nova-Flore Jardin, un an après l’accord des deux parties sur la cession du fonds de commerce de Jeanne de Laval. Elle permet à Nova Flore Jardin de franchir une nouvelle étape de son développement et de consolider son leadership en matière de solutions innovantes dédiées à la biodiversité. Le projet de Nova-Flore s’inscrit naturellement dans la préservation et la valorisation de la production locale de bulbes à fleurs. Les producteurs adhérents de Terrena continueront à approvisionner Nova-Flore en apport total et sur le long terme.

 

 

 

A propos de Nova-Flore Jardin Basée à Champigné (49),

Nova-Flore Jardin est la filiale de Nova Flore le spécialiste de l’écologie urbaine en France depuis 2003. Fervent défenseur de la biodiversité, la société propose un catalogue de solutions naturelles et végétales pour le jardinier professionnel et amateur. Le groupe continue sa diversification produit, emploie 32 salariés et a généré en 2015 un chiffre d’affaires de 13,5 M€.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui