L'Anjou Agricole 13 octobre 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Terrena interpellé par les producteurs

70 producteurs présents à la rencontre organisée par la FDSEA et les JA à La Cornuaille, lundi après-midi.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les annonces de prix de 280 euros en novembre et 290 euros en décembre n’ont pas vraiment convaincu les producteurs.
Les annonces de prix de 280 euros en novembre et 290 euros en décembre n’ont pas vraiment convaincu les producteurs. - © FDSEA

« Lassitude, désarroi des agriculteurs », c’est ce que nous pouvons lire dans l’édito d’Hubert Garaud, président de Terrena dans le magazine Horizon, rappelle François Girard, responsable FDSEA du canton de Chemillé. « Comment peut-on écrire ça et dans le même temps annoncer un prix du lait de 270 euros des 1 000 litres à ses adhérents coopérateurs ? », dénonce-t-il.
Suite à cette annonce de la coopérative Terrena, plusieurs blocages de camions avaient eu lieu dans les Mauges et le Segréen ces dix derniers jours. Au cours de l’action qui a eu lieu mercredi 5 octobre devant le Théâtre Foirail de Chemillé, une rencontre était programmée au Gaec des Deux Frontières, à La Cornuaille, en présence notamment de Christophe Miault (administrateur Terrena en charge de la production laitière) et Christèle Josse (directrice de la production lait chez Terrena). 70 producteurs et plusieurs délégués lait Terrena avaient fait le déplacement.

 

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 14 octobre 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui