L'Anjou Agricole 31 mai 2018 à 15h00 | Par L'Anjou Agricole

Terrena : un exercice 2017 « difficile », plombé par l’activité viande

Abonnez-vous Réagir Imprimer
« 2017 a été une année difficile pour Terrena », reconnaît le président Hubert Garaud
« 2017 a été une année difficile pour Terrena », reconnaît le président Hubert Garaud - © Terrena

Le groupe coopératif Terrena a publié le 28 mai des comptes 2017 en baisse, l’activité viande ayant subi des conditions de marché défavorables. « 2017 a été une année difficile pour Terrena », reconnaît le président Hubert Garaud, cité dans un communiqué. Le chiffre d’affaires consolidé s’établit à 5,1 Mrd€ (-1,1 %), l’Ebitda à 76 M€ (-24 %) mais 103 M€ hors Doux. Terrena souligne une dégradation de la situation économique pour Doux Export, à cause de « chocs conjoncturels importants (détérioration des conditions de marchés en Arabie Saoudite ainsi qu’au Yémen et influenza aviaire) ». Cette activité affiche un Ebitda de -26,7 M€ (contre -18,1 M€ en 2016). Le pôle Volailles Galliance (hors Doux Export) dégage un Ebitda de 18,5 M€ (contre 22,4 M€), « en raison de la pression déflationniste imposée par les négociations commerciales et d’un repli des volumes de vente », selon le communiqué. Le pôle Produits carnés (Elivia) génère un Ebitda de 2,1 M€ (contre 16,7 M€), affecté par « des conditions de marchés dégradées (consommation de la viande en recul et effet prix conjoncturel défavorable) ». En meilleure forme, le pôle Amont affiche un Ebitda de 36 M€ (contre 24,5 M€), soutenu par un « important travail autour de la performance », et le pôle Végétal spécialisé 22,6 M€ (contre 21,4 M€).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Nous exigeons des dérogations pour les filières où les alternatives n’existent pas ou sont très insuffisantes

ont déclaré 7 organisations de producteurs suite à la publication le d’un décret définissant les substances actives de la famille des néonicotinoïdes.

Le chiffre de la semaine
700 000 km
de haies entretenues en France par des éleveurs et agriculteurs. Grâce à leur travail et leurs animaux, les sols stockent le carbone, les prairies permettent l’épuration des eaux et la biodiversité se conserve sur nos terres.