L'Anjou Agricole 25 mars 2019 à 16h00 | Par Romain Devaux

Tout pour leurs pommes

Gestion de l’eau dans les vergers et communication : voici les principaux axes de travail des Cidres de Loire en 2019. L’AG de l’association s’est déroulée à Segré jeudi 21 mars.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Denis Rouland, président ; Laurent Guillet, responsable de la commission communication ; et Stéphane Gouhier, responsable de la commission technique, lors de l’AG des Cidres de Loire , jeudi 21 mars à Segré.
De gauche à droite : Denis Rouland, président ; Laurent Guillet, responsable de la commission communication ; et Stéphane Gouhier, responsable de la commission technique, lors de l’AG des Cidres de Loire , jeudi 21 mars à Segré. - © AA

Les Pays-de-la-Loire sont la 3e région cidricole de France, après la Normandie et la Bretagne. L’association de producteurs et transformateurs Les Cidres de Loire compte aujourd’hui 69 adhérents, répartis entre la Mayenne (30), la Sarthe (26), le Maine-et-Loire (4), la Loire-Atlantique (2).
Après l’épisode de gel qui a pénalisé la récolte 2017, la filière a été impactée l’an dernier par la sécheresse. « On estime entre 15 et 30 % la perte de production dûe au manque d’eau », indique Denis Rouland, producteur-transformateur à Andouillé (Mayenne), et président des Cidres de Loire. Les pics de chaleur et l’absence de pluies en octobre nourrissent aussi des craintes pour la qualité du retour à fleur lors de la campagne 2019.
Afin de mieux maîtriser les apports et de suivre l’évolution de l’eau disponible pour les pommiers, l’association a mis en place 2 parcelles d’essai irrigation. Pilotées par la commission technique des Cidres de Loire, ces expérimentations ont permis de comparer les procédés de goutte-à-goutte classique, de rampe suintante aérienne et de rampe suintante enterrée. Avec un site équipé de sondes tensiométriques et l’autre de sondes capacitives, pour une mesure fine de l’humidité dans le sol. « L’idée étant d’avoir une irrigation ciblée, au plus proche de la racine, pour réduire les volumes d’eau et prouver aux pouvoirs publics qu’on peut irriguer sans gaspiller », expose Stéphane Gouhier, responsable de la commission technique.

Le soutien à la production passe aussi par la communication.
Deux temps forts promotionnels sont notamment prévus cette année, en partenariat avec Unicid - l’interprofession cidricole nationale. Une « opération fête des mères » sera lancée début mai. Avec des îlots dégustation en grandes et moyennes surfaces, mettant en valeur la diversité des cidres, poirés, pommeaux, etc., et de nombreux lots à gagner sur internet. Le dispositif sera également déployé dans les magasins fermiers et autres petites enseignes de distribution. « Il s’agira de la 1ère action transversale, réunissant petits et grands ateliers cidricoles, hypermarchés et commerces de détail », apprécie Laurent Guillet, responsable de la commission communication des Cidres de Loire.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

J’aimerais voir 40 à 60 projets de demandes, donnez-nous des dossiers,

a fait savoir le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, aux responsables de la confédération des Vignerons indépendants, le 28 novembre, et quelques jours après les inondations dans le Sud.

Le chiffre de la semaine
350 à 400
salariés permettent chaque année de répondre aux besoins en remplacement de 800 à 900 agriculteurs dans le Maine-et-Loire.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui