L'Anjou Agricole 30 janvier 2018 a 01h00 | Par L'Anjou Agricole

Tracteurs : immatriculations stables en agriculture en 2017

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © G. Coisel

Les immatriculations de tracteurs standards (achetés principalement par les agriculteurs) ont été stables en 2017, à 22 500 unités, tandis que les ventes de tracteurs pour vignes et vergers ont baissé de 5,3 %, passant sous la barre des 4 000 machines neuves, rapporte l'association des constructeurs de machinisme agricole (Axema) dans un communiqué le 29 janvier.

Par ailleurs, les immatriculations de tracteurs «espaces verts» ont explosé (+ 82,4 %) ; l'échéance du 1er janvier 2018 du règlement européen appelé Mother regulation a eu un effet particulièrement important chez les distributeurs de ce type de matériel, explique-t-on chez Axema. Cette réglementation impose que l'ensemble des tracteurs neufs mis sur le marché répondent à certaines exigences de sécurité.

Probablement mieux organisés et informés, les distributeurs de tracteurs standards ont mieux utilisé une souplesse de Bruxelles : la possibilité d'écouler un volume de 10 % des modèles concernés au cours des deux prochaines années, explique Axema.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Compte tenu du contexte sanitaire et social actuel, les dons de lait sont plus que jamais vitaux pour fournir l’aide alimentaire

ont indiqué Les Restos du Coeur. Les agriculteurs concernés ont jusqu’au 15 février pour effectuer un don à une association habilitée.

Le chiffre de la semaine
600 millions d'euros
le relèvement du SRP (Seuil de Revente à Perte) de 10% a permis un gain de 600 millions d’euros pour la distribution qui auraient dû, en toute logique, se retrouver dans les cours de fermes.