L'Anjou Agricole 22 mars 2018 à 12h00 | Par L'Anjou Agricole

Trait d’union entre fumier et gaz de ville

La SAS Bio-Méthane-Ség, à La Séguinière, a commencé à injecter du gaz dans le réseau il y a 10 jours. Découverte de cette nouvelle usine de méthanisation lors de la journée agroéquipement du 21 mars, organisée par la MFR de Chemillé.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le digesteur et le post-digesteur de la SAS Bio-Méthane-Ség, à La Séguinière, mesurent tous deux 30 m de diamètre pour 5 000 m3 de contenance. Ils sont chauffés à 40° C.
Le digesteur et le post-digesteur de la SAS Bio-Méthane-Ség, à La Séguinière, mesurent tous deux 30 m de diamètre pour 5 000 m3 de contenance. Ils sont chauffés à 40° C. - © AA

La SAS Bio-Méthane-Ség, située à La Séguinière, a vu le jour en mars 2015. « Elle regroupe 27 exploitations, soit 53 exploitants, dans un périmètre de 10 km », précise Christian Chupin, agriculteur à La Séguinière et président de la SAS. (...) Comme beaucoup d’usines de méthanisation, Bio-Méthane-Ség rencontre le problème de la saisonnalité du fumier. (...) Les agriculteurs de la SAS ont fait le choix de travailler avec de la paille en plus du fumier pour se soustraire du problème. (...) « Le système était déjà connu, mais c’est la première fois qu’il est installé dans une unité de méthanisation », explique Christian Chupin. (...)

La visite de l'usine s'est faite dans le cadre de la journée agroéquipement du 21 mars, sur le thème de l'épandage, organisée par la MFR de Chemillé, une « synergie intéressante » qui a fait se rencontrer futurs professionnels, agriculteurs, constructeurs...

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou Agricole du vendredi 23 mars 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui