L'Anjou Agricole 26 février 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Traiter l'eau pour réduire la dose de produits phytosanitaires

Les établissements Pelé vendent une eau traitée pour optimiser la matière active des produits phytos.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une cinquantaine d'agriculteurs est venue découvrir la station de traitement d'eau des établissements Pelé, lundi 23 février, à Candé.
Une cinquantaine d'agriculteurs est venue découvrir la station de traitement d'eau des établissements Pelé, lundi 23 février, à Candé. - © AA

Réduire d'au moins un tiers la dose de produits phytosanitaires. C'est l'objectif que souhaitent atteindre les établissements Pelé, à Candé, pour leurs clients agriculteurs. Pour cela, l'entreprise a investi dans une station de traitement des eaux, pour un montant d'environ 30 000 euros. « Avec la législation qui demande une baisse de 25 % de la dose d'ici 2020 et de moins 50 % d'ici 2025, il nous semblait essentiel d'investir dans ce sens », constate le gérant des établissements, Denis Pelé.

Projet novateur dans la distribution
Si le concept existe depuis plus de 20 ans en agriculture, « c'est un projet novateur pour la distribution », explique le gérant. « La station, Aquaphyto, modifie l'eau en fonction des produits utilisés », explique son concepteur Claude Mesuré, lors d'une réunion de présentation de la nouvelle station, le lundi 23 février, à Candé. Plus une eau a un pH proche de celui du produit phytosanitaire, plus la matière active du produit sera optimisée. La station corrige l'eau en fonction du pH, limite le fer et modifie aussi la conductivité (charge électrique) de l'eau.

Jérôme Piton, de Chaudron-en-Mauges. Il a investi dans une station en 2013. Pour le traitement de l'eau de ses 40 hectares de cultures et son élevage ovin viande. « En plus, nous avons une activité de travaux agricoles », précise l'éleveur. Grâce à cette station, il a réduit sa dose homologuée, en moyenne, de moitié. « Pour certains produits, nous n'utilisons que 25 % de la dose homologuée, constate l'agriculteur. J'ai augmenté de 35 % mes surfaces en céréales. Pourtant, je suis resté au même coût de produits phytosanitaires. » Une réduction de l'utilisation des  phytos qui passe aussi par de bonnes techniques de pulvérisation, précise l'agriculteur. « Nous avons changé nos pratiques, nous utilisons des produits différents. » Le traitement de l'eau a aussi été bénéfique à l'élevage ovin. « J'ai résolu un problème sanitaire. Et je constate moins de pertes d'agneaux depuis que j'utilise la station. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Aller chercher la vérité pour protéger les agriculteurs

a réclamé la députée LREM, Martine Leguille-Balloy, qui a demandé la création d’une commission d’enquête sur l’agribashing.

Le chiffre de la semaine
37 millions
Ce sont le nombre de tonnes de blé tendre de la récolte française selon la dernière estimation du ministère de l’Agriculture. Soit une progression de 8,5 % sur la précédente et de 3,6 % sur la moyenne 2014/2018.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui