L'Anjou Agricole 30 novembre 2006 à 00h00 | Par L'Anjou Agricole

TRAVAIL SAISONNIER - Passer d’une mobilité subie à une pluri-activité choisie

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le séminaire du Fresne
a fait émerger des idées à partir du terrain.

Sur un million de salariés agricoles en France, seuls 200 000 sont employés en CDI et l’on compte 1,3 million de contrats. En Maine-et-Loire, on comptabilise 41 000 contrats saisonniers pour seulement 3 200 équivalents temps plein. Tous les intervenants ont insisté sur la nécessité de travailler en synergie. Bertrand Hervieu, sociologue et ancien président de l’Inra, privilégie un scénario pluri-partenarial « entre les salariés et leurs organisations, les employeurs et les collectivités ».I a été beaucoup question de transport, de logement, de protection sociale du saisonnier, de gardes d’enfants, de formation et d’image du métier, mais également de
gestion des ressources ou relations humaines. André Seguin, président du conseil de développement du Pays des Vallées d’Anjou, a plaidé « pour que l’on adosse une charte du travail saisonnier, sorte de charte d’excellence sociale, à Végépolys ».
L’enjeu est de taille, soulignait aussi François Sarrazin, sociologue angevin : « Un certain nombre de productions sont objectivement délocalisables. La seule possibilité de le contrer est de maîtriser la qualité du travail. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Au vu des informations que nous avons de la part des pouvoirs publics, à ce jour, rien ne nous amène à remettre en cause notre événement. Le Sommet de l’Élevage est donc maintenu à ses dates initiales : 7, 8 et 9 octobre. Nous restons cependant vigilants

ont annoncé les organisateurs de cette manifestation, le 20 mai, sur leur compte Twitter.

Le chiffre de la semaine
3 550
En 2019, d’après l'Observatoire régional de l’agriculture biologique, environ 3 550 exploitations en Pays de la Loire sont orientées en agriculture biologique, soit 12 % des exploitations ligériennes.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui