L'Anjou Agricole 09 novembre 2017 a 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Trier, échanger et créer ses propres mélanges

Depuis juin, les adhérents de la Cuma du Longuéen trient leurs graines. Le but : mettre en place une bourse d’échange pour créer ses propres mélanges de couverts.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Le trieur a été installé lors des 35 ans de la Cuma du Longuéen, le 15 juin.
Le trieur a été installé lors des 35 ans de la Cuma du Longuéen, le 15 juin. - © AA

La Cuma du Longuéen teste depuis la mi-juin un trieur de semences Schneider-Jaquet. «L’entreprise de Saint-Barthélémy l’a mis à disposition de la Cuma pour que nous réalisions des tests », explique Jean-Charles Maillard, président de la Cuma, lors d’une demi-journée bout de champ sur le thème des couverts végétaux.
Le nettoyeur-séparateur va permettre de trier sur la largeur, l’épaisseur et selon le comportement du flux de graines dans un courant d’air en aspirant les déchets légers. « Le débit pour du blé est de 50 t/heure », précise Jean-Charles Maillard. (...) Avec ce nouveau matériel, la Cuma veut mettre en place une bourse d’échanges. (...) L’année prochaine, les exploitants feront leurs premiers échanges de graines pour créer leurs propres mélanges d’espèces. « Avec le trieur, on espère faire des mélanges à 40 % du prix d’un mélange commercialisé. »

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou Agricole du vendredi 10 novembre 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Compte tenu du contexte sanitaire et social actuel, les dons de lait sont plus que jamais vitaux pour fournir l’aide alimentaire

ont indiqué Les Restos du Coeur. Les agriculteurs concernés ont jusqu’au 15 février pour effectuer un don à une association habilitée.

Le chiffre de la semaine
600 millions d'euros
le relèvement du SRP (Seuil de Revente à Perte) de 10% a permis un gain de 600 millions d’euros pour la distribution qui auraient dû, en toute logique, se retrouver dans les cours de fermes.