L'Anjou Agricole 24 mars 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Trouver sa place grâce au stage de parrainage

L’association des éleveurs rouge des prés du Maine-et-Loire s’est réunie, mardi 21 mars, à Vihiers. L’occasion de découvrir la transmission de l’exploitation entre Etienne Chesneau et Aurélien Rullier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Depuis le 1er janvier, le couple, Etienne et Christine Chesneau a cédé sa place à un jeune couple, Aurélien et Laëtitia Rullier.
Depuis le 1er janvier, le couple, Etienne et Christine Chesneau a cédé sa place à un jeune couple, Aurélien et Laëtitia Rullier. - © AA

Etienne Chesneau ne pensait pas avoir de repreneur pour son élevage de rouges des prés à Vihiers. « Mes deux fils ne voulaient pas prendre la suite, alors je pensais arrêter », explique l’agriculteur retraité depuis le 1er janvier. Quand, en 2012, Aurélien Rullier, carreleur, vient le démarcher en lui expliquant qu’il souhaite s’installer, il est quelque peu surpris. « Si les agriculteurs changent de métier. Pourquoi pas l’inverse ? », s’est, finalement dit Etienne Chesneau.


Transmission en douceur
Au départ, Aurélien Rullier  venait de temps en temps voir comment l’éleveur travaillait. « Je lui donnais un coup de main », explique le jeune homme de 33 ans. Puis en 2013, il entame une formation agricole pour prétendre aux aides JA. Et il poursuit par un stage de parrainage pendant un an et demi. « Ce stage a été essentiel pour passer les rênes, remarque l’éleveur retraité. Au fur et à mesure, je l’ai laissé prendre les décisions seul. »
Depuis le 1er janvier, le jeune homme est à la tête de l’exploitation avec 70 vêlages et 77 hectares.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 25 mars 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui