L'Anjou Agricole 02 janvier 2019 a 17h00 | Par AA

Un Angevin aux commandes de Terrena

Le conseil d'administration de Terrena, 1ère coopérative agricole de France, s'est réuni vendredi 21 décembre 2018 pour élire son nouveau président. Olivier Chaillou, 47 ans, est installé en Maine-et-Loire.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Ancenis, vendredi 21 décembre 2018. Olivier Chaillou (au 1er rang, 5e à partir de la g.) vient d'être élu président du groupe coopératif Terrena.
Ancenis, vendredi 21 décembre 2018. Olivier Chaillou (au 1er rang, 5e à partir de la g.) vient d'être élu président du groupe coopératif Terrena. - © Terrena

Les membres du conseil d'administration du groupe Terrena, réunis le 21 décembre 2018, ont élu Olivier Chaillou président.

L'agriculteur de 47 ans est installé sur la commune de Brissac-Loire-Aubance.

Il produit des semences potagères, fourragères et du maïs, ainsi que des échalotes et des céréales.

Terrena, 1ère coopérative agricole polyvalente de France, a réalisé en 2017 1,5 milliard d'EUR de chiffre d'affaires. Le groupe emploie 15 800 salariés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Compte tenu du contexte sanitaire et social actuel, les dons de lait sont plus que jamais vitaux pour fournir l’aide alimentaire

ont indiqué Les Restos du Coeur. Les agriculteurs concernés ont jusqu’au 15 février pour effectuer un don à une association habilitée.

Le chiffre de la semaine
600 millions d'euros
le relèvement du SRP (Seuil de Revente à Perte) de 10% a permis un gain de 600 millions d’euros pour la distribution qui auraient dû, en toute logique, se retrouver dans les cours de fermes.