L'Anjou Agricole 20 mai 2020 à 11h00 | Par AA

Un appro plus local depuis le Covid

Le magasin bio La Vie Claire, de Grez-Neuville (Centre commercial Super du Lion-d'Angers), fait appel à de nouveaux producteurs locaux et en recherche d’autres.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La provenance locale est mise en avant dans le magasin.
La provenance locale est mise en avant dans le magasin. - © LVC

C’est un des effets heureux de la crise du Covid 19. Le magasin La Vie Claire, situé sur la zone commerciale du Super U du Lion-d’Angers, s’est davantage tourné vers des producteurs locaux pendant le confinement, aidé dans sa démarche par la FDSEA de Maine-et-Loire. « Le magasin est une franchise et nous travaillons habituellement beaucoup avec notre centrale d’achat. Pendant la crise sanitaire, il y a eu des ruptures de stocks sur certains produits et nous nous sommes redirigés vers des producteurs locaux. Leurs produits font maintenant partie de notre gamme permanente », explique Isabelle Le Beaudour, responsable du magasin. Les producteurs locaux, un moment privés de certains de leurs débouchés avec la fermeture administrative des marchés, ont répondu présents.


Les nouveaux fournisseurs de La Vie Claire sont pour l’instant les Vergers de la Courtière, du Lion d’Angers, pour les pommes, l’EARL Cœur de Légumes (Mayenne), la Ferme de Fouardière à Sainte-Gemmes-d’Andigné (Segré en Anjou Bleu) pour ses produits laitiers, le Moulin de Sarré, de Gennes, la minoterie Blin (Mayenne), la boulangerie Soleil Levain de Saint Martin du Bois, ainsi que la société de cosmétiques bio Douces Angevines, de Soucelles. Isabelle Le Beaudour est bien décidée à pérenniser cette collaboration et recherche d’autres producteurs, notamment en fruits, mais pas que. « Nous sommes ouverts à toutes propositions pour élargir notre gamme locale », conclut-elle.
S.H.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Si des solutions techniques alternatives au désherbage chimique existent, elles ne sont pas encore adoptables par tous les arboriculteurs.

indique le CTIFL (centre technique), dans un communiqué du 26 mai

Le chiffre de la semaine
8,2 millions d'euros
Horticulture : dans le Maine-et-Loire, la destruction des plantes et fleurs, suite à la crise du Covid-19, a entrainé une perte de 8,2 millions d'euros (source FNPHP Grand Ouest)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui