L'Anjou Agricole 14 décembre 2018 à 09h00 | Par AA

Un bon chapon pour les fêtes

Quand les fêtes arrivent, la volaille s’impose pour le repas de Noël. Certains seront plus dindes, d’autres plutôt oies et d’autres resteront très classiques avec les chapons...

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Du 1er novembre jusqu’à Noël, les chapons sont nourris avec un aliment fabriqué à la ferme : du maïs trempé 24 h dans du lait cru.
Du 1er novembre jusqu’à Noël, les chapons sont nourris avec un aliment fabriqué à la ferme : du maïs trempé 24 h dans du lait cru. - © AA

Anne-Claude Guiho a repris la Ferme du Grand Tertre (Beaucouzé) en 2000 avec un associé. à l’origine, la ferme faisait de la volaille et des vaches allaitantes, les deux associés ont choisi de ne conserver que la volaille et de poursuivre la vente directe instaurée depuis 1992 par leurs prédécesseurs. Depuis 2000, la ferme vend donc différentes volailles en bio (poulet, pintade, cane, canard) dont la gamme s’élargit pour les fêtes de fin d’année (oies, dindes et chapons).


Pour les fêtes
Chaque année, la ferme prévoit environ 150 chapons. Toutes les productions de la Ferme du Grand Tertre sont en bio excepté les chapons. Nés en juin chez un producteur du Maine-et-Loire, ils sont castrés fin juillet - début août et livrés à la ferme fin septembre. Là, du 1er novembre jusqu’à Noël, ils sont nourris avec un aliment fabriqué à la ferme : du maïs trempé 24 h dans du lait cru.
Nourrir ainsi ses volailles représente une consommation de 120 litres de lait par semaine pour les chapons (et les dindes) ainsi que 20 kg de maïs par jour pour les dindes et pour les chapons. « Les dindes sont au même régime que les chapons. Cela fait que leur viande est un petit peu plus persillée et un peu grasse, juste assez pour ne pas être sèche comme peut l’être souvent la dinde », explique l’éleveuse.

Nadège Belange

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui