L'Anjou Agricole 19 juin 2015 à 17h00 | Par L'Anjou Agricole

« Un contexte porcin inédit par sa gravité »

Pour sauver une filière en crise, il faut une revalorisation des prix et une viande française beaucoup plus présente en Restauration hors domicile, considère le CRP, Comité régional porcin, qui tenait son assemblée générale le 18 juin à Angers (49).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Au micro, Gérard Bourcier, président du CRP Pays-de-la-Loire.
Au micro, Gérard Bourcier, président du CRP Pays-de-la-Loire. - © AA

Une crise qui dure, avec des trésoreries très dégradées des élevages, un embargo russe qui déstabilise la production, une balance commerciale devenue déficitaire en quelques années... C’est un tableau assez sombre de la filière porcine qu’a dressé Gérard Bourcier pour sa première assemblée générale en tant que président du Comité régional porcin, le 18 juin au Parc des expos d’Angers : « nous sommes dans un contexte porcin inédit par sa gravité », a souligné l’éleveur de Chaudron-en-Mauges, représentant la FRSEA au sein du CRP.

La présentation de l’étude régionale CER France est venue confirmer cette réalité. Réalisée auprès de 130 élevages en 2014 (comptes clos au 30 juin 2014), elle montre que 20 % des élevages sont en situation financière fragile (au-delà de 80 % de taux d’endettement global). Parmi ceux-ci, 7 % étaient en 2014 proches du dépôt de bilan, un taux qui atteint 10 % à mi 2015.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui