L'Anjou Agricole 26 octobre 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Un manque de pommes de terre de transformation

Le Groupement interprofessionnel pour la valorisation de la pomme de terre (GIPT) s’alarme d’un manque de pommes de terre de transformation (en frites, chips, purée, fécule) du fait de la climatologie de l’année.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Il constate dans un communiqué « un manque de disponibilité en pommes de terre et des problèmes qualitatifs qui perturberont la transformation industrielle alimentaire ».
Il constate dans un communiqué « un manque de disponibilité en pommes de terre et des problèmes qualitatifs qui perturberont la transformation industrielle alimentaire ». - © Actuagri

Les rendements en pommes de terre destinées à la transformation industrielle de 2016 « sont inférieurs de 15% à la moyenne des années précédentes ». Au printemps des inondations ont « fortement réduit le potentiel » dans les régions de production françaises et belges, et « certains rendements ont été divisés par deux ». Puis les températures élevées de juillet suivies de sept semaines sans pluie « ont entraîné des arrêts de végétation ». Dans les régions non irriguées, le durcissement de la terre a empêché les arrachages. Le pourcentage de pommes de terre vertes est plus élevé « du fait des conditions difficiles de croissance (sèches) de l’automne ». De plus, à cause du taux de matière sèche élevé, les tubercules subissent plus de chocs. Enfin, le déclassement de lots de pommes de terre (jusqu’à 30 %) du fait de ces chocs ou de crevasses sur les tubercules « s’ajoute à la baisse de rendement au champ ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.