L'Anjou Agricole 07 août 2019 à 15h00 | Par Romain Devaux

Un mois d’avance sur l’ensilage du maïs

Au Gaec des 3 Erdres, à Angrie, les maïs ont été rentrés la semaine dernière. Ils sont pour la plupart brûlés, et sans épi.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Ensilage des maïs au Gaec des 3 Erdres, à Angrie, vendredi 2 août.
Ensilage des maïs au Gaec des 3 Erdres, à Angrie, vendredi 2 août. - © AA

« Ils ne seront restés que 3 mois en terre, sans réellement avoir fait leur cycle. » Pascal Tourneux a le ton résigné. L’éleveur du Gaec des 3 Erdres, à Angrie, a semé ses 6,5 ha de maïs ensilage fin avril. « Jusqu’au 1er épisode de canicule de fin juin, ça ne se présentait pas trop mal », même si la fraîcheur du printemps avait ralenti la croissance. Mais en l’espace de quelques semaines, les trois-quarts des plantes sont passées du vert au jaune, sans épier, ravagées par la brûlure du soleil. Vendredi 2 août au matin, lorsque l’ensileuse de la Cuma de Chazé-sur-Argos s’est avancée dans la parcelle, les tiges ne mesuraient pas plus de 1,50 m, au lieu des 2,50 m attendus. L’agriculteur avait pourtant choisi un indice 310, théoriquement assez résistant à la sécheresse, et « ni trop précoce, ni trop tardif ». L’ensilage intervient donc cette année avec 1 mois d’avance.

« L’an dernier, c’était le 28 août, et ça faisait déjà 15 jours plus tôt que d’habitude. » Les rendements habituels de l’exploitation se situent aux alentours des 8 t de matière sèche/ha.

« Cette fois, on ne dépassera pas les 4 tonnes, estime Pascal Tourneux. J’aurai moins de graines dans le tas ensilé que ce que j’en ai mis en terre. » L’an prochain, l’exploitant est décidé à ne pas produire de maïs : « c’est trop de frais pour un résultat trop aléatoire, désormais ». Pour le fourrage, il envisage de se réorienter vers un mélange céréalier d’automne, à base de blé-orge-triticale, plus du pois, de la vesce, de la féverole ou autre légumineuse.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.