L'Anjou Agricole 03 mars 2017 à 09h00 | Par L'Anjou Agricole

Un partenariat Vivea/Fafsea pour la réinsertion des agriculteurs

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Actuagri

Vivea et le Fafsea, organismes financeurs de la formation professionnelle, ont signé, le 2 mars au Salon de l’agriculture, deux conventions de partenariat visant, pour la première, à la mise en ½uvre des contrôles de qualité dans les organismes de formation, et pour la seconde, à favoriser l’accompagnement par la formation des agriculteurs en reconversion professionnelle, via le CEP (Conseil en évolution professionnelle).

«La formation professionnelle est essentielle, particulièrement dans un contexte de crise agricole», a déclaré Christiane Lambert, présidente de Vivea. Ainsi, le partenariat doit permettre de «maximiser les chances des agriculteurs» en les orientant vers «un projet réaliste […] en lien avec les perspectives d’emploi».

Jérôme Despey, secrétaire général du Fafsea, s’est dit satisfait de cette signature, faisant cependant le «v½ux que cette convention (sur le CEP, NDLR) ne trouve pas d’application, car cela voudrait dire qu’il n’y a aucun agriculteur dans l’obligation de quitter le métier».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui