L'Anjou Agricole 08 décembre 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Un passage ­réussi en vêlage 24 mois

A l’occasion des rendez-vous de l’élevage viande, une journée était organisée, mardi 6 décembre, sur l’exploitation de Bruno Guegnard, éleveur de charolaises.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Bruno Guegnard, éleveur de charolaises à l’EARL du Grand Villiers, à Cléré-sur-Layon.
Bruno Guegnard, éleveur de charolaises à l’EARL du Grand Villiers, à Cléré-sur-Layon. - © AA

Alors que la morte saison commence, élevage Conseil Loire Anjou, évolution et les Chambres d’agriculture du Maine-et-Loire et de Loire-Atlantique organisaient, du 24 novembre au 6 décembre, une série de 3 journées dédiées à l’élevage. Mardi 6 décembre, 70 éleveurs participaient à la journée du sud du Maine-et-Loire qui se déroulait chez Bruno ­Guegnard, éleveur de charolaises à Cléré-sur-Layon. Cet agriculteur a décidé, il y a maintenant plusieurs années, de passer sur un vêlage 24 mois. « Attendre 3 ans pour faire vêler une génisse c’est vraiment long, explique l’éleveur. 30 mois pourrait être un bon chiffre mais c’est peu pratique. Je préfère grouper mes vêlages sur l’automne. »


Tri des génisses
Pour faciliter les vêlages, l’agriculteur fait appel à des taureau du catalogue offrant une facilité de vêlage avérée, mais il fait aussi un tri. Ainsi les génisses n’atteignant pas un poids de 470 kg sont envoyées en engraissement plutôt qu’en insémination. « Avant je les faisais attendre un an de plus, continue-t-il, mais maintenant, il y a un débouché pour ces génisses peu précoces, autant en profiter. »

 

Article complet dans l'édition du 9 décembre 2016 de l'Anjou agricole.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui