L'Anjou Agricole 24 mai 2018 à 11h00 | Par L'Anjou Agricole

Un séchoir pour atteindre l'autonomie alimentaire

Cet hiver, la ration du troupeau de vaches laitières du Gaec LG Bio va changer. Plus d'aliments conservés, juste du foin séché en grange et des céréales produites sur l'exploitation du Tremblay. Le tout en agriculture biologique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jacques et Damien Robert, 2 des 3 associés du Gaec LG Bio, devant les premières cases remplies du séchoir en grange. Le bâtiment, construit par Préfakit, qui accueille le séchoir, est en cours de finition.
Jacques et Damien Robert, 2 des 3 associés du Gaec LG Bio, devant les premières cases remplies du séchoir en grange. Le bâtiment, construit par Préfakit, qui accueille le séchoir, est en cours de finition. - © AA

Exit l'ensilage au Gaec LG Bio. Place au foin séché en grange pour la ration des vaches laitières de l'exploitation laitière du Tremblay. La ferme produit du lait bio depuis 2014. Les 3 associés Franck Dalifard, Damien et Jacques Robert ont installé un séchoir en grange sur l'un des 2 sites de production, près du bâtiment des laitières (prim'holstein et montbéliarde). Coût de l'investissement : 450 000 euros. «  C'était le projet de mon installation, précise Damien Robert, installé depuis avril 2017 après 2 ans de salariat au sein du Gaec. Nous ne voulions plus d'aliment conservé. Et l'herbe nous semble une voie d'avenir pour notre troupeau. » Grâce au séchoir, le Gaec vise l'autonomie alimentaire. (...)

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou Agricole du vendredi 25 mai 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.