L'Anjou Agricole 02 mai 2019 à 12h00 | Par Romain Devaux

Un semoir 100 % électrique à la Cuma des éleveurs du Tremblay

Le nouveau semoir de la Cuma des éleveurs du Tremblay gagne en précision grâce à un entrainement électrique des éléments semeurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le semoir Monosem 8-9 rangs Multislide NG a déjà semé 200 hectares. Son conducteur, Pierre-Antoine Hoinard, apprécie la simplicité et le confort de travail.
Le semoir Monosem 8-9 rangs Multislide NG a déjà semé 200 hectares. Son conducteur, Pierre-Antoine Hoinard, apprécie la simplicité et le confort de travail. - © AA

Le nouveau semoir Monosem 8-9 rangs Multislide NG de la Cuma des éleveurs du Tremblay a terminé les derniers chantiers de semis de tournesol, mardi 30 avril. Entre le lupin, le tournesol et le maïs, il a déjà effectué plus de 200 hectares de semis. Coût du semoir : environ 64 000 euros HT.  Sa particularité : il est 100 % électrique.
Chaque élément semeur dispose de l’entraînement électrique des distributions. « Grâce à ce système, on gagne en précision. La densité est réellement respectée avec l’électrique », constate le salarié de la Cuma, Pierre-Antoine Hoinard. « Et beaucoup de confort de travail ». En effet, la densité du semis se règle à partir de la cabine, depuis le terminal Isobus Touch. Les boitiers Microsem sont aussi gérés électriquement. « Que ce soient les hélicides, les insecticides ou de l’engrais, on va pouvoir ajuster  la dose à partir de la cabine. »
Ce système d’entraînement permet d’avoir une gestion des coupures de rangs automatique par GPS. « Quand le semoir repasse là où une graine a déjà été implantée, l’élément semeur se coupe. » Cette technologie permet de réaliser « 2 à 5 % d’économie de graines. » Ce système de coupure présente un intérêt futur. « Certains d’entre nous ont en projet d’avoir des cartes de résistivité des sols de nos parcelles, explique Pierre-Antoine Hoinard, qui est aussi agriculteur. On obtiendra une cartographie de semis avec une densité plus ou moins forte en fonction des potentiels du sol. »
Le semoir est utilisable en 9 rangs avec un écartement qui peut varier de 40 à 60 cm et en 8 rangs avec un écartement de 60 à 80 cm. Le débit de chantier ? « En fonction de l’écartement, il varie de 2,70 hectares à 4 hectares par heure ».
La Cuma facture le semoir 21 euros/hectare, le tracteur 20 euros/heure et le chauffeur 20  euros/heure. « Pour un débit de chantier, de 3 ha/heure, il faut compter  environ 37 euros/heure », note Bertrand Delanoë, président de la Cuma.

Grâce au terminal Isobus, on règle depuis la cabine la densité du semis, de la fertilisation, et du micro-granulateur.
Grâce au terminal Isobus, on règle depuis la cabine la densité du semis, de la fertilisation, et du micro-granulateur. - © AA

Au Bourg-d’Iré, Jean-François Trillot fait appel à la Cuma des éleveurs du Tremblay pour l’implantation de ses 13,5 hectares de tournesol. Le céréalier, en agriculture biologique, a choisi ce semoir surtout pour le réglage de l’écartement. « J’ai décidé de réduire mon écartement de 75 à 55 cm pour avoir une répartition plus homogène dans la parcelle. » Avec un écartement réduit, il espère utiliser davantage la bineuse. L’entraînement électrique des éléments semeurs est aussi apprécié par l’agriculteur. « On voit que le semis est beaucoup plus précis. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Aucune étude prouve le caractère cancérogène du glyphosate

a déclaré P. Médevielle, sénateur UDI, suite à une étude sanitaire menée par des sénateurs de l'Opecst, sur le glyphosate

Le chiffre de la semaine
2/3
Des consommateurs avouent un doute sur la composition 100 % bio des produits étiquetés comme tels.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui