L'Anjou Agricole 14 février 2019 à 14h00 | Par AA

Un taureau conforme aux objectifs

Raisonner l’achat de son reproducteur : le syndicat des éleveurs de race limousine de Maine-et-Loire avait choisi ce thème pour sa journée technique, mardi 12 février.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Ophélie Priault, inspectrice du Herd Book Limousin, et Dominique Ouvrard, éleveur-sélectionneur, lors de la Journée technique du syndicat limousin de Maine-et-Loire, mardi à Yzernay.
Ophélie Priault, inspectrice du Herd Book Limousin, et Dominique Ouvrard, éleveur-sélectionneur, lors de la Journée technique du syndicat limousin de Maine-et-Loire, mardi à Yzernay. - © AA

« Trier des bons repros, c’est bien préparer les ventes pour les 3 années à venir. » Président de la section Maine-et-Loire, Dominique Ouvrard accueillait mardi sur son exploitation, à Yzernay, la journée technique annuelle du syndicat limousin. La thématique choisie : bien choisir son taureau pour améliorer le bilan génétique du troupeau allaitant, est récurrente.

Car l’acquisition d’un taureau de race limousine représente un investissement, entre 2 500 € et 3 500 € en moyenne. « Facilités de naissance et aptitude à l’allaitement sont les 2 critères les plus importants pour les acheteurs », estime Ophélie Priault, inspectrice du Herd Book Limousin - l’organisme de certification - en Pays-de-la-Loire, animatrice de la rencontre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui