L'Anjou Agricole 20 août 2020 à 12h00 | Par AA

Un verger en plein renouvellement

La récolte a débuté mardi aux Vergers de la Gagnerie aux Rosiers-sur-Loire. C’est la 5ème récolte pour Sébastien Blanchet, qui a repris cette exploitation en 2016 et qui s’est fixé comme objectif de rajeunir le verger en s’appuyant sur l’innovation variétale.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Sébastien Blanchet livre ses fruits  (environ 600 tonnes) aux Vergers d’Anjou.
Sébastien Blanchet livre ses fruits (environ 600 tonnes) aux Vergers d’Anjou. - © AA

« On a débuté dès le 18 août, alors qu’on commence d’habitude vers le 23-25  ». Une récolte précoce donc, et qui s’annonce plutôt correcte en matière quantitative et qualitative, aux Vergers de la Gagnerie. « On a pourtant frôlé la catastrophe sur les variétés précoces, quand le thermomètre est descendu à - 2,7 °C le 26 mars », se remémore Sébastien Blanchet. Au final, le gel a eu un effet éclaircissant et aura sans doute une répercussion sur le calibre des fruits, mais le verger ne souffrira pas comme en 2017, année où l’agriculteur n’avait « même pas fait une demi-récolte ».  Depuis cette année-là, il a mis les atouts de son côté pour lutter contre le gel : achat de matériel d’aspersion, d’un brûleur à gaz, souscription d’une assurance récolte. 
Depuis son installation en 2016, l’arboriculteur n’avait pas été trop concerné par la tavelure. Mais cette année, le champignon a beaucoup touché certains rangs, surtout en Gala. « C’est dans ces moments-là que l’on mesure l’importance des traitements », souligne l’agriculteur. Des traitements qu’il essaie toutefois de diminuer, ayant investi dans une station météo avec des capteurs qui modélisent le risque tavelure.


Des variétés résistantes et goûteuses
Pour lutter contre cette maladie qui reste le risque numéro 1 en pommes, pour s’adapter aux demandes des consommateurs et pour gagner en valeur ajoutée, l’arboriculteur croit fortement à l’innovation variétale. Avec l’appui de sa coopérative, Les Vergers d’Anjou, affiliée au groupement de coopératives Blue Whale, il plante des variétés club, comme la Kissabel, cette pomme à chair rouge, ou encore la Candine (première récolte en 2021), toutes deux  résistances à la tavelure. Des pommes qui allient robustesse et qualités gustatives.

Son verger est composé aujourd’hui de 8,5 ha de pommiers, avec 6 variétés, Gala, Granny Smith, Tentation, Kissabel, Pink Lady et Joya. Il cultive aussi 3,5 ha de poiriers, avec des Angélys, des Conférence, et une toute dernière née, la Fred. Sébastien Blanchet vient d’ajouter en effet à son verger  cette variété de poire à chair ferme, sélectionnée par l’entreprise angevine Dalival. Une nouvelle corde à l’arc de cette exploitation diversifiée et en mouvement. Depuis son installation, l’arboriculteur ne cesse de renouveler le verger, un investissement qu’il juge « nécessaire ».
s.H.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le groupe Cooperl peut compter sur l’engagement du ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance pour assurer la pérennité des activités et de l’emploi

signifie Bercy dans un communiqué du 21 octobre.

Le chiffre de la semaine
2 000
D’ici 2023, le nombre de départs d’exploitant s’élèvera à 2 000 par an en Pays de la Loire.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui