L'Anjou Agricole 03 mai 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Un verger entre le conventionnel et le bio

A Etriché, le verger de la SCA de Launay est labellisé verger écoresponsable. Dans le Maine-et-Loire, 94 producteurs suivent cette démarche donnant la priorité aux méthodes écologiquement sûres.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
François Richard est arboriculteur à Etriché et il lui tient à cœur de réduire, dès qu’il le peut, l’usage de produits phytosanitaires.
François Richard est arboriculteur à Etriché et il lui tient à cœur de réduire, dès qu’il le peut, l’usage de produits phytosanitaires. - © AA

«Avoir une empreinte humaine la plus faible possible. » L’arboriculteur, François Richard, de la SCA de Launay travaille dans cette logique dans la conduite de son verger. Il a le label écoresponsable. Une voie entre le conventionnel et le bio. « Dans cette démarche, les arboriculteurs utilisent à la fois des méthodes agréées en agriculture biologique mais ne s’interdisent pas l’utilisation de produits phytosanitaires », précise Sandrine Gaborieau, responsable marketing et communication pour les vergers écoresponsables. Dans le Maine-et-Loire, 94 producteurs suivent cette démarche.
Parmi les méthodes utilisées, la confusion sexuelle. En ce moment, jusqu’à la mi-mai, le verger d’étriché pose des diffuseurs de phéromones dans les pommiers pour lutter contre les carpocapses et plusieurs types de tordeuses. « C’est la première fois que nous utilisons cette double confusion sexuelle. » D’habitude, les diffuseurs ne luttent que contre la reproduction des carpocapses. « Mais l’an dernier, le verger comptait 10 à 20 % de dégâts à cause de tordeuses. » Ce procédé de biocontrôle permet de limiter l’intervention chimique. Mais il demeure plus coûteux.
« Entre la pose et l’achat des diffuseurs, il faut compter environ 340 euros par hectare. » Les diffuseurs sont installés « tous les 3 pieds et demi.» Soit 1 000 par hectare. Le temps de pose ? 5 ou 6 heures par hectare. Il ne se substitue pas totalement au passage d’insecticides. « Cela dépend des années. »
« On ne traite pas avec plaisir », souligne le pomiculteur. Pour réduire l’usage de produits phytosanitaires, François Richard utilise « des matières actives plus ciblées sur les ravageurs. »
Les outils d’aide à la décision permettent aussi de réduire les interventions.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 6 mai 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

près d’un quart des chefs d’exploitation ou co-exploitants sont des femmes, contre 8 % en 1970.

A déclaré Jacqueline Cottier, éleveuse à Champteussé-sur- Baconne, présidente de la commission nationale des agricultrices

Le chiffre de la semaine
- 20 %
La production européenne de pommes est en retrait de 20 %

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui