L'Anjou Agricole 05 octobre 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Un volet de mesures sociales dans le plan du gouvernement

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Le nouveau plan de soutien à l'agriculture, présenté le 4 octobre, comprend le renforcement de mesures dites sociales. Pour les agriculteurs en difficulté, le gouvernement va assouplir les conditions d’éligibilité à la prime d’activité et au RSA. L’État va aussi abonder les fonds destinés au remplacement temporaire, « pour les agriculteurs qui sont en situation d’épuisement professionnel ». Pour ceux qui souhaitent se reconvertir ou partir plus tôt à la retraite, le gouvernement a mis en place l’aide à la réinsertion professionnelle (ARP). Ce dispositif comprend par exemple une aide au départ de 3100 euros par actif, et la possibilité de suivre une formation professionnelle rémunérée. Parmi les mesures plus classiques, Manuel Valls a également annoncé un dégrèvement de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB), pour 137 millions d’euros. Ce dégrèvement est proportionnel aux pertes moyennes de rendement constatées et étendu aux prairies. Dans les six régions les plus touchées par les baisses de rendement céréalier (Ile-de-France, Centre-Val-de-Loire, Hauts-de-France, Grand-Est, Bourgogne-Franche-Comté, Normandie), ce dégrèvement sera automatique. Il a également prolongé le dispositif d’année blanche qui s’arrêtera fin décembre au lieu de fin octobre, les réductions de cotisation sociales (pour les bas revenus et les jeunes agriculteurs/nouveaux installés).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui