L'Anjou Agricole 23 juin 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Une affaire de famille

Installé avec ses parents au Gaec Barillé La Plaine, Anthony Barillé continue de développer l’élevage de normandes sur leur exploitation de Montigné-lès-Rairies.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Il prolonge la lignée. Depuis son installation en mars 2013, Anthony Barillé poursuit l’engagement de ses prédécesseurs, agriculteurs à Montigné-lès-Rairies depuis six générations. Sur les 102 hectares, « très morcelés », du Gaec Barillé La Plaine, le jeune éleveur de 30 ans s’est associé avec ses parents, et travaille même avec l’aide de son grand-père, qui vient quotidiennement s’occuper des génisses. Comme une de ses sœurs, « mordue des normandes », Anthony Barillé estime vouloir être agriculteur « depuis l’âge de quatre ans ».

Se former et se regrouper
Après un parcours classique : bac pro à Pouillé et BTS Acse à Agritech Angers suivis d’expériences au service de remplacement, le jeune diplomé s’est d’abord essayé au salariat, en devenant conseiller en élevage pour Clasel, en Mayenne. « Les débuts ont été difficiles. On est souvent face à des agriculteurs expérimentés ou des jeunes mieux formés, et on se demande ce que l’on peut leur apporter. » Pendant ce temps, Anthony Barillé dépose en 2009 un premier dossier d’installation, refusé pour causes économiques en pleine crise du lait. Finalement, c’est quatre ans plus tard, prêt JA à la clé, que le jeune exploitant rejoint l’exploitation familiale.
« Mes parents ont bien préparé mon arrivée en augmentant le quota laitier de 320 000 à 400 000 litres afin que l’on ait chacun une charge de travail suffisante ». Le principal problème finalement, « c’est la paperasse. Si on me demandait de recommencer je refuserais pour cela ». Des procédures administratives longues, qui ont repoussé de quelques mois son installation.

Plus d'infos dans l'Anjou agricole du 26 juin.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui