L'Anjou Agricole 17 juillet 2019 à 12h00 | Par Romain Devaux

Une bonne année pour les blés

La récolte des blés tendres touche à sa fin cette semaine en Anjou. Chez les apporteurs comme du côté des metteurs en marché, l'optimisme est de mise.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Battage des blés lundi 15 juillet, dans une parcelle de 2 ha du Gaec de la Gendraie, à Erdre-en-Anjou..
Battage des blés lundi 15 juillet, dans une parcelle de 2 ha du Gaec de la Gendraie, à Erdre-en-Anjou.. - © AA

« Après avoir rentré 70 % de la récolte, on peut dire qu'avec plus de 80 q/ha, en moyenne, on est déjà au-dessus des rendements de l'an dernier. » Patrick Brémaud, le directeur adjoint de la CAPL, tire un bilan satisfaisant de la campagne de blé tendre 2019. En quantité, mais aussi en qualité : des PS moyens supérieurs à 80 kg, des teneurs en protéines supérieures à 11, et des temps de chute supérieurs à 220 sur l'ensemble des apporteurs de la coopérative. Bref, des résultats en tous points conformes aux standards de la meunerie régionale, qui représente 80 % de la clientèle de la CAPL. Les 20 % restants étant exportés.
Les chiffres de Stéphane Richard, associé à Sébastien Joubert dans la gérance du Gaec de la Gendraie (Erdre-en-Anjou), illustrent bien la tendance générale. « On fait 100 q/ha,
c'est-à-dire 20 % de plus qu'en 2018. » Le PS est à 82, les protéines à 10,5 - 11, avec des pointes à 12,4. « à cause de la canicule ça a fini de mûrir plus vite que prévu, mais sans conséquence dramatique parce que c'était déjà au stade pâteux », ajoute Stéphane Richard. élevage de limousines, le Gaec de la Gendraie exploite 58 ha de blé meunier, dont 33 ha de semences, et 29 ha d'orge, sur une surface totale de 263 ha.  Ses céréales sont livrées en intégralité à Terrena, au tarif de 170 euros la tonne.

Dilution des protéines
Pour la coopérative basée à Ancenis (44), pas d'inquiétude non plus concernant les rendements, PS et taux d'humidité. « Par contre, les tonnages élevés ont entraîné une dilution des protéines : en moyenne, nos adhérents ont du mal à atteindre les 11 », souligne Ivan Leclerc, vice-président de Terrena.
« Avec des protéines à plus de 11, on aura une majorité de blés meuniers exportables », apprécie, en revanche, Denis Pelé, directeur du négoce Pelé Agri Conseil, qui collecte auprès de plusieurs centaines d'agriculteurs (4 000 ha) dans l'Ouest du Maine-et-Loire. Les débouchés ? Essentiellement l'export, « intracommunautaire et vers l'Afrique du Nord ».



Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Si des solutions techniques alternatives au désherbage chimique existent, elles ne sont pas encore adoptables par tous les arboriculteurs.

indique le CTIFL (centre technique), dans un communiqué du 26 mai

Le chiffre de la semaine
8,2 millions d'euros
Horticulture : dans le Maine-et-Loire, la destruction des plantes et fleurs, suite à la crise du Covid-19, a entrainé une perte de 8,2 millions d'euros (source FNPHP Grand Ouest)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui