L'Anjou Agricole 21 juillet 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Une cellule d’urgence pour les exploitations sinistrées

La préfète a réuni la cellule d’urgence pour les exploitations touchées par la crue. La FDSEA et les JA ont demandé l’activation d’un nouveau plan de soutien.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La mission d’enquête calamités a sillonné le département fin juin. Le dossier du Maine-et-Loire doit désormais être validé ce vendredi 22 juillet lors du comité départemental d’expertise.
La mission d’enquête calamités a sillonné le département fin juin. Le dossier du Maine-et-Loire doit désormais être validé ce vendredi 22 juillet lors du comité départemental d’expertise. - © FDSEA

La préfète de Maine-et-Loire a réuni l’ensemble des organisations agricoles du département pour faire le point sur les exploitations sinistrées suite aux inondations de début juin.
Tout d’abord, elle a informé que la procédure de reconnaissance calamités agricoles suit son cours et qu’un comité départemental est programmé le 22 juillet. La préfecture et la DDT (Direction départementale des territoires) reconnaissent le caractère exceptionnel de la crue de juin, reste à faire valider le dossier au niveau national.
Au total, 14 300 ha de terres agricoles (dont 12 000 ha de prairies) ont été inondés. 603 exploitations ont été touchées dont 175 avec plus de 30 % de leur SAU (Surface agricole utile) impactée (49 touchées à plus de 70 %).
La première mesure a été de prendre un arrêté de sinistre départemental qui permettra aux exploitations touchées de déroger aux règles de la Pac et des MAE (Mesures agroenvironnementales) sur les parcelles sinistrées (en renvoyant bien sûr les formulaires adéquats).

 

Plus d'informations dans l'Anjou agricole du 22 juillet 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Cette action de délation gratuite et sans fondement est indigne d’une organisation internationale comme Greenpeace.

s’indigne C. Morançais, présidente du Conseil régional, suite à une campagne de Greenpeace recensant de manière péjorative des fermes qui ne correspondent pas à leur vision de modèle agricole

Le chiffre de la semaine
1,20
Le 3 décembre, l’Assemblée nationale a confirmé une exonération de charges pour les employeurs de saisonniers agricoles, avec un seuil de 1,20 Smic pour 2019 et 2020.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui