L'Anjou Agricole 20 avril 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Une centrale d'enrobé au cœur Layon inquiète la profession viticole

La Fédération viticole d'Anjou et de Saumur proteste contre la mise en place d'une centrale d'enrobé à Beaulieu-sur-Layon.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La fédération viticole d'Anjou et de Saumur a organisé une conférence de presse, mercredi 20 avril, à Beaulieu-sur-Layon, pour exprimer son mécontentement.
La fédération viticole d'Anjou et de Saumur a organisé une conférence de presse, mercredi 20 avril, à Beaulieu-sur-Layon, pour exprimer son mécontentement. - © AA

Les viticulteurs du Layon s'inquiètent depuis une semaine. Une centrale d'enrobé a obtenu, le 15 avril, l'autorisation temporaire d'exploiter (pour six mois renouvelables) dans la carrière de Pierre-Bise à Beaulieu-sur-Layon. Conséquence ? "Nuisances et pollutions atmosphériques", dénonce la Fédération viticole de l'Anjou et de Saumur qui tenait mercredi 20 avril une conférence de presse sur le sujet à Beaulieu-sur-Layon. "Ces nuisances sont excessivement néfastes pour la vigne notamment au stade de transformation de la fleur en raisin", explique le président de la Fédération, Laurent Ménestreau. Pour les vignerons, c'est l'incompréhension. Un précédent projet de centrale avait été refusé en 2011. L'enquête publique concluait à une incompatibilité totale avec l'activité viticole. "L'Inao avait donné un avis défavorable au vue des risques importants pour la récolte d'AOC", constate Gaëlle Lihard, juriste à la Fédération viticole en charge du dossier.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 22 avril 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

près d’un quart des chefs d’exploitation ou co-exploitants sont des femmes, contre 8 % en 1970.

A déclaré Jacqueline Cottier, éleveuse à Champteussé-sur- Baconne, présidente de la commission nationale des agricultrices

Le chiffre de la semaine
- 20 %
La production européenne de pommes est en retrait de 20 %

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui