L'Anjou Agricole 26 avril 2017 à 16h00 | Par L'Anjou Agricole

Une interdiction de l’urée « insupportable », dénonce l’AGPM

L’AGPM (producteurs de maïs) a dénoncé le 25 avril le surcoût « insurmontable » de l’interdiction de l’urée, inscrite dans le futur Plan national de réduction des émissions de polluants atmosphériques (Prépa).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Daniel Peyraube, président de l'AGPM.
Daniel Peyraube, président de l'AGPM. - © Actuagri

« Le remplacement de l’urée par d’autres engrais pour réduire la volatilisation de l’ammoniac », prévue dans deux projets de texte mis en consultation publique le 6 avril par le ministère de l’Environnement, « représenterait un surcoût global insupportable pour une filière qui fait déjà face à de lourdes difficultés économiques », selon un communiqué. Au lieu de cette interdiction, la filière maïs propose une approche fondée sur de bonnes pratiques (enfouissement de l’urée...) et l’innovation (telle que l’emploi d’inhibiteurs d’uréase), rappelle l’AGPM. « Interdire ainsi l’urée en France, alors qu’elle est le principal engrais utilisé dans le monde, engendrerait une nouvelle distorsion de concurrence dans un contexte de marchés des céréales peu rémunérateurs », ajoute l'AGPM. Et le président Daniel Peyraube de critiquer un « passage en force » du gouvernement.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le groupe Cooperl peut compter sur l’engagement du ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance pour assurer la pérennité des activités et de l’emploi

signifie Bercy dans un communiqué du 21 octobre.

Le chiffre de la semaine
4 à 6 €/1 000 l
"Sur les 9 premiers mois de l’année, un recul de 4 à 6 €/1 000 litres sur les moyennes régionales du prix du lait payé par les entreprises a été constaté" selon Frédéric Vincent de la FDSEA 49.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui