L'Anjou Agricole 30 septembre 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Une nouvelle formation pour éduquer les chevaux

Agrilia formation et l’école équestre Blondeau lancent une nouvelle formation, en alternance : le certificat de spécialisation Education et travail des jeunes équidés.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’école Blondeau débourre mais aussi rééduque les chevaux. Par exemple, la jument sur la photo. Elle refusait de sortir de la boîte de départ. Après une semaine de rééducation, l’animal réussit l’exercice et va retourner à son propriétaire.
L’école Blondeau débourre mais aussi rééduque les chevaux. Par exemple, la jument sur la photo. Elle refusait de sortir de la boîte de départ. Après une semaine de rééducation, l’animal réussit l’exercice et va retourner à son propriétaire. - © AA

L’un a la maîtrise des formations professionnalisantes, l’autre le savoir-faire dans le domaine de l’équitation. Agrilia formation, le CFA des Chambres d’agriculture des Pays-de-la-Loire et l’école Blondeau, une école d’équitation près de Saumur, associent leurs compétences pour lancer un certificat de spécialisation éducation et travail des jeunes équidés.

Une méthode de débourrage codifiée
Une formation qui permettra aux jeunes de 16 à 25 ans d’apprendre « les techniques spécifiques d’éducation, de travail et de présentation du jeune équidé », explique Nicolas Blondeau, le fondateur de l’école du même nom, lors d’un point presse organisé le mardi 29 septembre. Cette spécialisation s’adresse à des futurs éleveurs d’équidés, des responsable d’élevage, des entraîneurs, des grooms, des cavaliers d’entraînement ou soigneurs. « Le débourrage est une étape clé. Le cheval d’élevage devient un cheval de sport ou de loisir. » Créé depuis plus de 10 ans, cette école d’équitation éthologique reconnue par la FFE (Fédération française d’équitation) a la particularité d’avoir créer sa propre méthode d’éducation : « une méthode de débourrage entièrement codifiée », explique le professionnel. La nouvelle formation devrait débuter en janvier 2016.

Plus d'infos dans L'Anjou agricole du 2 octobre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui