L'Anjou Agricole 08 septembre 2017 a 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Une pluviométrie encore globalement déficitaire en août (Agreste)

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © AA

Agreste a signalé le 7 septembre des pluies « encore globalement déficitaires » le mois dernier. En août, la pluviométrie a été « en moyenne inférieure à la normale de plus de 10 % mais contrastée selon les territoires, d’après une note. Si l’Ouest a été excédentaire de près de 30 %, la majorité des autres régions ont été en déficit. » La Corse, déjà largement déficitaire depuis plusieurs mois, n’a reçu que 7 % de ses précipitations normales. Le Sud-Est n’en a reçu que 30 %. « Les précipitations cumulées depuis mars 2017 sont déficitaires dans toutes les régions, particulièrement en Corse », souligne Agreste. Au 1er septembre, l’indice d’humidité des sols apparaît déficitaire en Corse, sur le littoral méditerranéen, sur une diagonale de la Charente-Maritime au Bas-Rhin et dans le Nord, selon la note. Il reste cependant excédentaire sur le reste du territoire, particulièrement sur les Pyrénées-Atlantiques et la Bretagne.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Compte tenu du contexte sanitaire et social actuel, les dons de lait sont plus que jamais vitaux pour fournir l’aide alimentaire

ont indiqué Les Restos du Coeur. Les agriculteurs concernés ont jusqu’au 15 février pour effectuer un don à une association habilitée.

Le chiffre de la semaine
600 millions d'euros
le relèvement du SRP (Seuil de Revente à Perte) de 10% a permis un gain de 600 millions d’euros pour la distribution qui auraient dû, en toute logique, se retrouver dans les cours de fermes.