L'Anjou Agricole 30 août 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Une sur-marge de 135 € pour les fruits et légumes bio en GMS

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Jean-Charles Gutner

«Si le bio coûte plus cher, ce n’est pas lié qu’aux coûts de production» a souligné Alain Bazot, président de l'UFC-Que Choisir, le 29 août qui dénonce des «sur-marges disproportionnées et aberrantes» de la part des distributeurs sur les fruits et légumes bio.

Ainsi une étude présentée par Olivier Andrault, chargé de mission alimentation à l'UFC-Que Choisir, montre une sur-marge moyenne de 135 € de la part des distributeurs «sur le panier de consommation annuelle (de fruits et légumes bio, ndlr) d’un ménage, ce qui vient doubler l’impact du surcoût agricole bio».

L’étude montre également un manque de rigueur dans l’approvisionnement des rayons bio. «C’est un paradoxe, les clients acceptent de payer plus chers et les distributeurs présentent une offre très faible», soulignait Robert Mondot, administrateur national de l’association. Pour Alain Bazot, «l’offre bio est un alibi» pour faire venir le client dans les magasins.

La Fédération des commerçants en distribution (FCD) a dénoncé de son côté, par un communiqué du même jour, une étude «partiale» qui «repose sur une série d'approximations méthodologiques qui lui enlèvent toute portée concrète et ne prend pas en compte l’ensemble de la chaîne de valeur, du producteur jusqu’au consommateur (transport, conditionnement, intermédiaire, coût de distribution en magasin...)».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui