L'Anjou Agricole 11 décembre 2019 à 09h00 | Par Romain Devaux

Une traite de qualité et optimisée

Pour faire face à l’accroissement du troupeau, un nouveau robot de traite DeLaval, le VMS V300 a été installé au Gaec de l’Egrasseau à Beaupréau-en-Mauges.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le Gaec de l’Egrasseau a ouvert ses portes pour présenter le nouveau robot de traite DeLaval, jeudi 5 décembre à Beaupréau-en-Mauges.
Le Gaec de l’Egrasseau a ouvert ses portes pour présenter le nouveau robot de traite DeLaval, jeudi 5 décembre à Beaupréau-en-Mauges. - © AA

Le troupeau de vaches laitières est en phase d’agrandissement au Gaec de l’Egrasseau. « Nous allons monter à 90 prim’holstein », a expliqué Pascal Chevalier, un des 3 frères associés, lors d’une porte ouverte organisée sur l’exploitation, jeudi 5 décembre, par Modema Agri. La production de lait passera alors de 700 000 l à 950 000 l. « Un robot est saturé avec 70 vaches. C’est pour cette raison que nous avons investi dans un deuxième robot. » Le Gaec se fixe comme objectif que les 90 vaches soient en production pour le début de la campagne laitière, en avril 2020. Les associés sont déjà habitués à la traite robotisée et l’apprécient. Le premier robot a rejoint l’exploitation en avril 2013. « Au delà de la souplesse pour l’organisation du travail, c’est un soulagement physiquement », constate Pascal Chevalier, en charge du troupeau laitier au sein du Gaec. Depuis l’installation du premier robot, la production de lait par vache a augmenté. « On était à 9 500 à 10 000 litres de lait par vache par lactation. Aujourd’hui, elles produisent en moyenne 11 000 litres par lactation. »

« Grâce à la technologie DeLaval Insight et sa caméra numérique, le robot détecte parfaitement les trayons, explique Jean-Paul Péan, inspecteur commercial pour la marque. Cette détection ultra précise permet de gagner du temps : « entre 30 secondes et 1 minutes par vache traite ». Même si le robot n’est installé que depuis 10 jours, Pascal Chevalier a tout de suite vu la différence. « Le bras est plus souple. Les branchements se font de manière plus efficace. » Autre nouveauté : le système Pureflow qui améliore la qualité de la traite. Le gobelet nettoie les trayons, extrait les 1ers jets dans un circuit indépendant du lait de consommation et va les sécher. « Ce système va permettre d’avoir une mamelle plus stimulée avant la pose des gobelets trayeurs. » Coût de ce nouveau robot : « entre 130 et 135 000 euros selon les options », estime Pierre-Etienne Humeau, spécialiste robots et équipements d’élevage chez Modema Agri.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si l’on change toutes les règles, qu’on demande des sacrifices et que derrière on continue à bâtir des accords commerciaux avec des pays du monde […] qui ne font pas les mêmes efforts, on est des fous !

Dans une interview accordée à la revue Le Grand Continent le 12 novembre, Emmanuel Macron est revenu sur son projet en matière de transition écologique dans le secteur agricole.

Le chiffre de la semaine
56 %
des éleveurs de veaux de boucherie déclarent utiliser des MCA (Médecines complémentaires et alternatives), selon une étude de l’Institut de l’élevage (Idele) parue le 20 octobre.