L'Anjou Agricole 23 mars 2017 à 16h00 | Par L'Anjou Agricole

Une viande haut de gamme grâce à la génétique

A l’occasion de l’assemblée générale du syndicat parthenais Anjou, mardi 21 mars, le Gaec Maison Guillemet, à Saint-Hilaire-du-Bois, a présenté son élevage réputé pour ses qualités génétiques.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Passionnés par la race parthenaise, le père et le fils Guillemet participent à des concours. Le dernier en date : le concours général agricole du Sia, où leur taureau Indigo (sur la photo) a été sacré champion.
Passionnés par la race parthenaise, le père et le fils Guillemet participent à des concours. Le dernier en date : le concours général agricole du Sia, où leur taureau Indigo (sur la photo) a été sacré champion. - © AA

« Valoriser la race dans le haut de gamme. » Jérémy Guillemet, qui a ouvert les portes de son exploitation lors de l’assemblée générale du syndicat parthenais Anjou, croit au potentiel de la parthenaise qu’il élève avec ses parents. Le jeune homme en Gaec depuis janvier 2016 à Saint-
Hilaire-du-Bois (49) perpétue une tradition familiale. « Cela fait 5 générations que la parthenaise est dans la famille. » Leur débouché ? Un boucher nantais. Les taurillons, eux, partent pour l’export. « Le boucher nous demande une vache tous les quinze jours. » Mais les agriculteurs ne peuvent pas satisfaire la demande. Une vingtaine de vaches sont vendues via ce circuit.

Son père, Michel, auparavant agriculteur enVendée, s’est installé depuis novembre 2013 avec la moitié du troupeau familial. Depuis, l’exploitation compte 120 vêlages par an, l’objectif étant d’atteindre 160 à 170 vêlages. « On a avancé les vêlages à 2 ans pour agrandir le troupeau rapidement. » L’ambition du Gaec Maison Guillemet est de vendre une vache par semaine dans un circuit direct. Ce type de débouché assure un revenu, certes. « Mais nous n’avons pas le droit à l’erreur", remarque Michel Guillemet...

 

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 24 mars 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Ça coince sur la répartition de la valeur.

selon la FNPL. La répartition de la valeur a été au coeur des discussions du conseil d’administration du Cniel du 11 juillet.

Le chiffre de la semaine
36,1 Mt
Selon les dernières estimations au 1er juillet, la production française de blé tendre atteindrait 36,1 millions de tonnes (Mt), en léger recul de 1,3 % par rapport à l’année précédente, annonce le ministère de l’Agriculture dans une note de conjoncture le 10 juillet.