L'Anjou Agricole 27 avril 2017 à 12h00 | Par L'Anjou Agricole

Veau : inquiétude sur la demande du consommateur

« Ce qui s'est passé dans l'oeuf [avec un changement brutal des méthodes d'élevage suite à une pression de la distribution, ndlr], cela me fait peur » a souligné Marc Butruille lors d'une intervention sur le bien-être animal.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
450 participants au 6ème symposium veau, cette semaine, à La Baule (44).
450 participants au 6ème symposium veau, cette semaine, à La Baule (44). - © LAA

« Restons dans le raisonnable et dans l'économiquement rentable », a souligné Marc Butruille, président du syndicat national de la vitellerie française, le 26 avril lors du 6esymposium international du veau à La Baule (44). La question du bien-être animal est particulièrement prégnante dans cette filière puisque la production concerne de jeunes veaux (14 jours), comprenant notamment une période de transport avant engraissement dans des bâtiment fermés.

 

La filière veau de boucherie a effectivement déjà du mal « à recruter » de nouveau éleveurs, selon Alexandre Merle, président d'Interveau, qui a évoqué le « bien-être de l'éleveur ».

 

Retour sur le symposium dans le journal Réussir l'Anjou agricole du vendredi 28 avril.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Si des solutions techniques alternatives au désherbage chimique existent, elles ne sont pas encore adoptables par tous les arboriculteurs.

indique le CTIFL (centre technique), dans un communiqué du 26 mai

Le chiffre de la semaine
8,2 millions d'euros
Horticulture : dans le Maine-et-Loire, la destruction des plantes et fleurs, suite à la crise du Covid-19, a entrainé une perte de 8,2 millions d'euros (source FNPHP Grand Ouest)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui