L'Anjou Agricole 07 avril 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Végéconso : créateur du végétal de demain

Jeudi 6 avril, à Angers (49), le 1er lieu de rencontres entre consommateurs et entreprises du secteur du végétal, le Living Lab Végéconso, a ouvert officiellement ses portes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Exposition d’un produit ou prototype au sein de l’espace test Végéconso et recueil de l’avis des clients via une tablette tactile.
Exposition d’un produit ou prototype au sein de l’espace test Végéconso et recueil de l’avis des clients via une tablette tactile. - © AA

Le Living Lab, c’est un concept de cocréation entre consommateurs, entreprises et chercheurs. L’objectif est de placer le consommateur au cœur du processus de recherche et d’innovation. En effet, à l’heure où le marketing de masse s’essouffle, les entrepreneurs doivent opter pour un marketing centré sur l’expérience utilisateur, vecteur d’émotion.

Une nouveauté au service du végétal

Ce sont des étudiants d’Agrocampus Ouest qui ont imaginé l’espace Végéconso, Living Lab adapté à la filière végétale. Le projet a été porté par le pôle Vegepolys, le laboratoire Grappe de l’Ecole supérieure d’agricultures (Esa) ainsi que le pôle Terralia ; il a pris racine au sein du parc d’attractions angevin spécialisé, Terra Botanica, à Angers.

Un décalage existe entre l’offre de produits et services proposés par la filière végétale et les usages et attentes réels des consommateurs finaux. Ainsi, sur 3 000 produits agroalimentaires mis sur le marché, 2 100 vont être retirés car étant jugés non satisfaisants.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou Agricole du vendredi 14 avril.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui