L'Anjou Agricole 05 septembre 2019 à 10h00 | Par AA

Vendanges : reflux annoncé

2018 avait été une année exceptionnelle, en quantité comme en qualité. 2019 sera celle du retour à la normale pour le vignoble d'Anjou Saumur, avec une baisse des volumes estimée aux alentours de 30 à 40 %.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Grappe de grolleau au stade fin véraison, dans un vignoble de Tancoigné, mardi 3 septembre.
Grappe de grolleau au stade fin véraison, dans un vignoble de Tancoigné, mardi 3 septembre. - © G.Gastaldi / ATV49

Les premiers coups de sécateur ont déjà été donnés sur les cépages précoces (chardonnay, pinot noir). Dans 15 jours - 3 semaines, viendra le tour des chenin, cabernets et autres grolleau. Mais d'ores-et-déjà, on peut annoncer que les vendanges en Anjou Saumur seront quantitativement en-deça du millésime 2018. Il est vrai que ce dernier avait été exceptionnel, avec 1,2 million d'hectolitres de jus récoltés.
« Les volumes totaux seront probablement de 30 à 40 % inférieurs cette année », évalue a priori Laurent Menestreau, président de la Féderation viticole Anjou
Saumur (FVAS). Et par rapport aux moyennes constatées en 2016 et 2017, le reflux est estimé à « 15-20 % » par Guillaume Gastaldi, conseiller viticulture à la Chambre d'agriculture des Pays-de-la-Loire, chargé de la coordination de l'Association technique viticole 49.

Gel, précipitations, sécheresse

Le potentiel de récolte a été entamé par la conjugaison de 3 facteurs : gel de début avril, coulure dûe aux fortes précipitations au moment de la floraison, et sécheresse cet été. D'un secteur à l'autre, les configurations sont toutefois assez hétérogènes. « Le gel a davantage impacté le Saumurois, et la canicule a fait plus de dégâts sur les terrains schisteux à faible réserve en eau du Bas-Layon, qui n'avaient encore jamais connu de phénomènes de grillure d'une telle intensité », souligne Laurent Menestreau.

Autant dire que, d'ici à la fin septembre, la pluie serait la bienvenue pour regonfler les baies des cabernets. Même si « sur les autres cépages, un surcroît d'humidité favoriserait le retour de la pourriture grise », avertit Guillaume Gastaldi. Ce risque botrytis mis à part, l'état sanitaire des raisins est globalement excellent.

En France, une vendange inférieure à la moyenne quinquennale
Au plan national, la tendance est également à la baisse, loin des 49 millions d'hl mis en cuve l'an dernier. « Je ne sais pas si la vendange sera de 43,4 millions d'hectolitres ou en-dessous de 43, mais il est certain maintenant que la production sera inférieure à la moyenne quinquennale », a indiqué Jérôme Despey, président du conseil spécialisé "Vin et cidre" de FranceAgriMer.
Vincent Faure

*Institut national de l'origine et de la qualité

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Un agriculteur sur cinq n’a pas dégagé de revenu en 2017

Selon l’Insee, en 2017, 19,5 % des non-salariés agricoles imposés au réel ont déclaré des revenus nuls ou déficitaires, d’après une étude publiée le 7 novembre

Le chiffre de la semaine
69
C'est le nombre de solutions alternatives à l’utilisation de produits phytosanitaires proposées par l'association “Contrat de solutions”.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui