L'Anjou Agricole 05 novembre 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Vendre chevreaux engraissés et chevrettes pour améliorer son revenu

Jean-Pascal Bonsergent, éleveur de chèvres à Saint-Martin-du-Bois, allie optimisation des produits et du temps de travail pour rendre son exploitation viable et vivable.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Aujourd’hui, Jean-Pascal Bonsergent a deux bâtiments de 200 chèvres.
Aujourd’hui, Jean-Pascal Bonsergent a deux bâtiments de 200 chèvres. - © AA

Assurer son revenu par l’optimisation du produit. L’éleveur de chèvres de Saint-Martin-du-Bois, Jean-Pascal Bonsergent, travaille sur ce créneau pour améliorer ses résultats. En plus de la production de 380 000 litres de lait par an de ses 400 chèvres, il vend des chevrettes, des chevreaux de boucherie et des boucs. Des ventes qui lui permettent d’augmenter son revenu annuel de près de 18 000 euros.
« Ce n’est pas un chiffre négligeable ». Pour cela, il pratique 200 inséminations chaque année. Pour un montant de 5 000 euros, « en sachant que 110 à 120 chevrettes servent aussi au renouvellement », précise l’agriculteur. 150 chevrettes de 1 mois et 4 à 5 boucs sont revendus à Chevrette de France, un organisme de sélection. « Certains de mes boucs sont vendus au centre d’insémination Capgènes et parfois à des particuliers », précise-t-il. Et au lieu de vendre les chevreaux à 2 euros, il préfère en engraisser une partie. Aujourd’hui, 300 chevreaux de boucherie partent à l’abattoir. « Je souhaiterais augmenter et passer à 350 ». Mais l’engraissement a un coût : 8 000 euros de poudre de lait.

Plus d'infos dans L'Anjou agricole du 6 novembre 2015

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

la phrase de la semaine

La durée minimale d’arrêt de travail est désormais portée de 2 à 8 semaines pour les travailleuses indépendantes et les exploitantes agricoles

ont annoncé la ministre de la Santé, le ministre de l’Agriculture et la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, dans un communiqué du 17 juin.

Le chiffre de la semaine
2,7
MILLIONS DE TONNES. tonnes. C’est la quantité de tourteaux de soja qui parcourent chaque année plus de 10 000 km, pour nourrir les animaux des élevages ligériens et bretons.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui