L'Anjou Agricole 24 octobre 2019 à 12h00 | Par Romain Devaux

Vente de reproducteurs à Cholet : une offre de qualité, mais peu d’acheteurs

La vente de reproducteurs de race à viande de Cholet s’est déroulée vendredi 18 octobre. Ce temps fort, organisé par Seenovia et ses partenaires, n’a pas rencontré tout à fait le succès escompté. Des transactions peuvent toutefois se réaliser encore en ferme.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
71 reproducteurs de 5 races étaient à la vente et Seenovia proposait appui technique et conseils à l’achat.
71 reproducteurs de 5 races étaient à la vente et Seenovia proposait appui technique et conseils à l’achat. - © AA

« Pas une grosse vente, mais une très belle présentation avec tous types d’animaux », résumait Marion Daguené, conseillère Seenovia, à l’issue de la vente organisée vendredi 18 octobre au Parc des prairies de Cholet. Sur 71 jeunes mâles mis à la vente, 15 ont été cédés. Le bilan est plutôt satisfaisant en race limousine, puisque 7 mâles, sur 22 présentés,  ont trouvé preneur sur place, et des contacts ont été pris. En parthenaise, 2 mâles sur les 3 présentés sont partis à la vente. Plus décevantes ont été les ventes en charolaises : 3 mâles vendus, sur 24 animaux proposés et quelques contacts noués pour d’éventuelles transactions en ferme. En race blonde d’Aquitaine, les ventes s’établissent à 2/10. En rouges des prés, un seul animal de vendu sur les 12 présents.
Les prix de vente se situent, pour la grande majorité, entre 2 500 et 2 600 euros.

Pour les éleveurs qui n’auraient pas pu se déplacer et qui voudraient investir dans un jeune reproducteur présenté à Cholet, Seenovia a mis en ligne la liste des animaux
encore disponible, avec leurs pedigrees complets (www.seenovia.fr, rubrique actualités).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Bien qu’une information plus claire sur les résidus de pesticides soit nécessaire, la stratégie de la peur de Générations futures (...) est contre-productive ».

estime Interfel, face à l’association de défense de l’environnement qui a demandé à la DGCCRF, de faire des bilans de résidus de pesticides séparés entre aliments bio et non bio.

Le chiffre de la semaine
11,2
MAÎS ENSILAGE : selon l'Agreste, avec 11,2 tMS/ha, la saison est correcte, et l’augmentation de la surface (+ 8 %) aura permis de refaire les stocks.